Alstom, le théorème de Jospin et la souveraineté nationale

vendredi 9 mai 2014
par  Christian Berthier

Comment ne pas parler d’Alstom ? Tout a-t-il été dit ? En tout cas, il importe de répéter encore et toujours. C’est ce que fait Christian Berthier dans le texte ci-dessous.

***


On a le droit de ne pas se souvenir du « L’Etat ne peut pas tout » édicté par Lionel Jospin, premier ministre d’alternance sous la haute présidence de Jacques Chirac. Théorème en application duquel l’Etat se lava les mains , notamment, du sort d’usines françaises de Michelin, belges de Renault et privatisé, totalement ou partiellement, France Telecom, Air France, Autoroutes du Sud, Aérospatiale-Matra, France-Télécom, Air-France, Thomson-Multimédia, GAN, la CNP, la Société marseillaise de crédit, RMC, le Crédit Lyonnais, etc, alors même que si les traités communautaires obligent la mise en concurrence, ils n’empêchent pas que l’État puisse détenir des entreprises du secteur concurrentiel !

Mais on reste incrédule devant la prétendue ignorance des négociations du Président d’Alstom avec celui de General Electric, affichée par le ministre de l’économie et son gouvernement. Alors même, par exemple, que le Ministère de la Défense a été en mesure de décrire avec précision le processus de prise de contrôle du groupe franco-hispano-luxembourgeois Arcelor par Mittal appuyé par Goldmann Sachs !

Alors que le gouvernement cherche à connaître le moindre voyage de jeunes en Moyen Orient, il serait incapable de suivre avec précision l’avancement des négociations concernant des milliers d’emplois en France, la position concurrentielle, le capital financier et technique, les investissements, l’endettement, l’emploi de milliers d’ingénieurs des plus grandes écoles et la recherche d’Alstom !

Il faudrait alors comprendre le « l’Etat ne peut pas tout » de Lionel Jospin par « l’Etat ne peut plus rien du tout ! » vis a vis des entreprises étrangères. Un européen convaincu pourrait le comprendre vis a vis d’un Siemens. Vis à vis d’un General Electric, il s’agit d’un abandon volontaire de souveraineté !
Non content de priver les élus du peuple de toute initiative parlementaire, non content d’installer les préfets comme exécuteurs d’un « pacte » de rigueur sociale avec tous les moyens financiers de l’Etat, non content de contourner ainsi la réalisation des mandats des élus envers le peuple, le Président semble omettre de solliciter les grands corps de l’Etat habilités à évaluer les restructurations industrielles d’intérêt national, social, financier et industriel !

Car, enfin, à considérer les seules perspectives de débouchés, de la maîtrise des prix de revient, ce n’est pas aux USA qu’il faudrait rechercher le fiancé d’Alstom, mais en Chine !

En Chine ou se trouve déjà sa principale usine de turbines à vapeur et ses principaux marchés ferroviaires et de production hydraulique, une main d’œuvre abondante et qualifiée, voire même des grandes écoles associées a nos propres écoles ! Et même une grande capacité de financement public et privé pour des projets en Asie, en Amérique latine et en Afrique !
Au point où on en est, pourquoi ne pas envisager pour Alstom ce qui fut accepté pour le groupe Peugeot ?

Un « fait du prince » de plus qui isole ce dernier et souligne l’urgence de l’élection d’une Assemblée Constituante souveraine qui remettra le peuple aux commandes d’un état redevenu le sien.


Commentaires

À signer ! Présidentielle NON - Constituante OUI

PNG - 3.8 ko

Remplaçons en 2017 l’élection présidentielle par l’élection d’une assemblée constituante !


Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko