Concurrence, la grande arnaque

lundi 3 juin 2013
par  J.M.

Article publié sur newsring, le blog de frédéric Taddéi.

Voir http://www.newsring.fr/economie/4031-le-jeu-de-la-concurrence-est-il-celui-de-linteret-general/56279-concurrence-la-grande-arnaque

***


Suite à la grande crise de 1929 et aux débats auxquels elle a donné lieu, une vision naïve de la concurrence comme moteur du développement semblait remisée au magasin des accessoires. La pensée libérale simpliste, suivant laquelle la confrontation des intérêts individuels conduit naturellement à la à la satisfaction de l’intérêt général et amène les individus à produire ce dont la société a besoin, n’était plus qu’une conception parmi d’autres. L’État devenait alors considéré, par des penseurs tels que J.M.Keynes, comme un acteur majeur du développement économique et social. La responsabilité individuelle ne se regardait plus seulement au travers de l’égoïsme, mais par l’action en tant que citoyen.
Les années 70/80 ont détruit tous les acquis qui s’étaient imposés après la seconde guerre mondiale. Certes, l’effondrement de l’URSS y a poussé, suivi par l’alignement des partis sociaux-démocrates sur les positions ultra libérales. En fait la pensée libérale, suivant laquelle le marché avec pour moteur la concurrence était le garant du développement, s’est retrouvée sans opposition sérieuse.
La question aujourd’hui n’est donc plus de savoir si la concurrence est positive ou non, mais de savoir si on a le droit de mettre en cause un discours accepté par tous les porte paroles officiels.
En ce sens, il n’est pas question d’opposer réforme et révolution, mais de cesser d’assimiler réforme et acceptation des diktats officiels. Les « réformes » imposées par les organes de la mondialisation, en particulier par l’Union européenne, censés promouvoir le développement économique, la baisse des prix et le bien-être social, se révèlent pousser à la diminution du pouvoir d’achat, au chômage et à la régression sociale.
La vraie question est, en fait, que, par le biais du discours sur la concurrence libre et non faussée, tout espace de débat politique sérieux disparaît. L’économie n’est plus politique, l’économie officielle est devenue « La politique ».
Face aux défis de la période, à la nécessité de mobiliser les forces, le concept de concurrence, alpha et oméga des nouveaux traités, en particulier européens, doit céder une place nouvelle à l’intérêt public. Dans ce cadre, le vrai débat, le seul qui s’impose, est celui sur la refondation de la démocratie.

André Bellon
Président de l’Association pour une Constituante
www.pouruneconstituante.fr


Commentaires

Logo de Peretz
lundi 3 juin 2013 à 09h46 - par  Peretz

Bonjour. Moralité il faudra revenir au traité de Rome pour l’U.E

À signer ! Présidentielle NON - Constituante OUI

PNG - 3.8 ko

Remplaçons en 2017 l’élection présidentielle par l’élection d’une assemblée constituante !


Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko