Le 10 août 1792

mardi 10 août 2010
par  André Bellon


©Plaque apposée sur un mur de la Mairie de Marseille

-

Le 10 août 1792 occupe une place à part dans l’histoire de la Révolution française. On peut presque dire que le peuple s’est, ce jour là, affirmé maître de son propre destin.
Certes, depuis deux ans, les actions éminemment populaires n’avaient pas manqué. C’est la population parisienne qui avait pris la Bastille le 14 juillet 1789. C’est encore elle qui était allée à Versailles les 5 et 6 octobre 1789, sous la conduite des femmes, et avait ramené le roi à Paris.
Mais l’intervention populaire avait, lors de ces évènements, essentiellement pour objet la défense de la Révolution contre les tentatives que faisait la monarchie pour en remettre en cause les acquis. Le 14 juillet intervient après que le roi eut renvoyé Necker, soutien modéré de l’Assemblée nationale. Les 5 et 6 octobre surviennent après que le roi eut refusé de ratifier les articles de la Constitution et la déclaration des droits de l’homme et du citoyen et qu’il eut appelé le régiment de Flandre pour renforcer son propre appui militaire. Dans les deux cas, le roi cède, mais à une assemblée élitiste qui cherchait sa légitimité dans un suffrage censitaire réservant le droit de vote aux plus riches.

Le 10 août 1792 en revanche, la population, appuyée par les fédérés volontaires qui arrivent des provinces, en particulier les Bretons et les Marseillais, prend d’assaut les Tuileries où réside le roi. Celui-ci se réfugie à l’Assemblée nationale. L’intervention populaire débloque la situation politique, les institutions étant paralysées par le veto du roi aux mesures voulues par les parlementaires, notamment celles nécessitées par la défense du pays en guerre. A partir du 10 août, la souveraineté passe du roi au peuple. On en voit immédiatement la traduction dans la nouvelle déclaration des droits de l’homme et du citoyen, votée début 1793. Alors que celle de 1789 n’évoquait le peuple dans aucun de ses articles, celle de 1793 affirme en son article 25 que « la souveraineté réside dans le peuple ». De façon corollaire est alors affirmé le principe du suffrage universel.
Très logiquement, la monarchie est abolie le 21 septembre 1792 et la République débute son histoire le lendemain. La naissance de la démocratie en France est donc le produit d’un mouvement populaire qui a parcouru l’ensemble du pays. La République est depuis 1792 le symbole et la traduction concrète de l’aspiration du peuple à sa souveraineté et à sa liberté.


Commentaires

Logo de Florian
jeudi 13 septembre 2012 à 17h19 - par  Florian

Nous entrons dans une Europe où la démocratie est placée sous la férule de souverains fétiches parfois potiches, respectés plus ou moins, mais rarement contestés, enfin attendons que la crise se prolonge.....
La variante française est un système présidentiel et que dans les dernières ont vu progresser en Europe.
Il n’y a aucune incongruité à rappeler l’audace des conventionnels qui en 1792 ont défini la République comme un état sans roi ?
La chose publique est l’héritage français qui fait de ce régime qui est le nôtre le fruit d’une conquête et dans chaque conquête il y a de fâcheux débordements, qui est le passage imposé du conflictuel au consensuel.
L’idée républicaine de 1792 pour les conventionnels s’est inscrite comme un perpétuel dépassement et ils se sont pris à rêver d’une république universelle, utopie féconde qu’ils n’ont pu ou su réaliser.
Mais le citoyen depuis est devenu maître de son destin simplement parce qu’il était Homme.
Que vive toujours la première République ! signé Florian

Site web : le 1O août 1792
Logo de DENIS
jeudi 11 novembre 2010 à 21h12 - par  DENIS

Comment pouvez-vous contester au Roi l’utilisation de son droit de véto qui était parfaitement
constitutionnel, alors que ce site milite pour la légalité constitutionnelle ?
Ce n’est pas très rassurant de schématiser ainsi l’histoire.

Le 10 août 1792 n’a rien de particulièrement glorieux lorsque l’on voit la suite et les crimes du
Comité de "Salut public" qui comme le montre votre site n’a pas brillé parmi les grandes dates
de la République, au point que nous avons fêté comme il se doit le bicentenaire de la
Révolution française en 1989, et non celui de la République en 1992, il est vrai que tant que
Louis XVI était là, la Révolution évitait ses pires dérives. Ayons l’honnêteté de le reconnaître.

À signer ! Présidentielle NON - Constituante OUI

PNG - 3.8 ko

Remplaçons en 2017 l’élection présidentielle par l’élection d’une assemblée constituante !


Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko