A vos mouchoirs !

jeudi 16 juillet 2009
par  Jérémy Mercier

Le hors série du journal Le Monde célèbre aujourd’hui la Révolution française sous le titre « La Révolution en héritage. 1789-2009 ». Mais cet héritage devient très vite l’occasion d’un sabotage. La prise de la Bastille est dite conduire à la Terreur et cette dernière est présentée comme la suite logique des principes républicains. Le peuple et les sans culottes sont d’ailleurs souvent décrédibilisés, sinon réduits à un « troupeau de buveurs de sang ». Tous les événements retracés sont jugés avec une méthode qui ouvre les portes des grands salons mondains. Il ne faudrait plus parler de Révolution mais des révolutions et celle de l’Amérique serait moins regrettable ; les jacobins auraient ouvert la voie au totalitarisme ; vouloir l’égalité s’opposerait à la liberté, etc. Cette vision réactionnaire de l’histoire conduit rapidement à faire comprendre que la Révolution française et les républicains doivent aujourd’hui s’excuser des torts commis contre les grandes puissances, la noblesse et la monarchie. Ce qui, soit dit en passant, serait un contresens. Un véritable martyrologue est ainsi dressé, des contre-révolutionnaires en passant par le roi et Marie-Antoinette. De même, un reportage photo sur les descendants des familles d’aristocrates guillotinés suscite la compassion, comme en page de couverture avec la simulation d’une tête coupée du « comte Henri de Vaucelles, descendant de son ancêtre Gabriel Barthélémy Romain de Filhot ». Enfin, le lecteur doit verser des larmes sur la « tragédie » et les « martyrs » de l’insurrection vendéenne dont l’actualité devrait soi-disant nous inciter à la reconnaissance juridique d’un « génocide franco-français » dont ils auraient été victimes. Cité comme le « roi du bicentenaire », François Furet aurait signé en fin de page. Mais qu’aurait fait Jean Jaurès ?


Commentaires

Logo de Sylphe6
vendredi 28 août 2009 à 17h04 - par  Sylphe6

Le pire dans tout cela, le plus triste et le plus déplorable, c’est que ce genre de mensonge est enseigné dans les écoles.

Logo de Olivier
mardi 21 juillet 2009 à 12h32 - par  Olivier

Le commentaire de Monsieur Michel Castelin est intéressant. Sur un point, cependant, la discussion est justement un élément déterminant pour savoir où se placer, où livrer un hiatus constructeur.

"La Révolution française n’est pas un tout... sauf pour les intellectuels-censeurs, moralisants et un brin totalitaires", écrit Monsieur Castelin.

GWF Hegel ou I. Kant, outre-Rhin et pour ne citer qu’eux deux, concevaient la Révolution comme une totalité universalisante, à savoir un point de l’histoire où s’épanouissaient droit, moral, esprit, arts et esthétique mais aussi religion. Ce point sortait l’humanité de l’ornière rétrograde et prévaricatrice de droits : la République illuminât le monde. Elle provenait de la France et ces deux messieurs Allemands n’ignoraient pourtant pas celle qui qu’inaugura le jeune continent américain.

Une telle conception exagérément résumée plus haut, n’enlève pas le fait que la Révolution forme et est un tout.

Imaginons un peu la situation des révolutionnaires. Constituants, ils servent un idéal mais aussi le destin d’un pays. Ils le construisent. Aux frontières, des coalitions de nobliaux et d’authentiques aristocrates, voire quelques philistins aux intérêts de classe liés à l’aristocratie, organisent la contre-révolution et le retour au régime ancien. Ils distillent le fiel ennemi de la France qui s’est soulevée contre des banalités, bans et usages féodaux refondus dans des clauses et us parfois de progrès, parfois de recul.

Imaginons le poids immense d’écclésiastiques fanatisant leurs ouailles pour le bénéfice de quelques barons locaux. Imaginons enfin quelques révolutionnaires ou quelques sans-culottes mal conduits par leurs chefs et tout ce brouet engendre ce que l’on nomme "la chouannerie" et la "Terreur".

Qu’est-ce que la Terreur ? Elle est le fruit de ce noir brouet, des périodes où la crise domine.

Aujourd’hui, tout est remis en cause. La nation, la Résistance (qui, elle aussi, aurait été bouchère et aveugle sur Drieu LA Rochelle, Brasillach et d’autres plus corrompus et jamais punis par le tribunal de l’histoire), la République et j’en passe.

Nous ne dévisons pas, nous ne dévidons pas les substances qui œuvrent à la constitution du gouvernement du peuple par le peuple, la justice et la démocratie souveraine.

Voilà sans doute pourquoi nous avons besoin de combattre, pied à pied, toute tentation relativiste de l’histoire. L’histoire est vérité totalisante, si nous la prenons pour ce qu’elle est : des faits, des circonstances, des hommes, des idées, des décisions, des mentalités, des conflits idéologiques à connaître et à imbriquer systématiquement pour ne pas laisser croire que nous la réécrivons.

Le premier combat demeure le combat des faits et des plumes.

OP

Logo de castelin michel
dimanche 19 juillet 2009 à 09h24 - par  castelin michel

Puisque tout est remis en cause, je ne vois pas pourquoi la Révolution Française échapperait à cette règle.

La Terreur ? il n’y a vraiment pas de quoi s’en réclamer.

La Révolution Française n’est pas un tout... sauf pour les intellectuels- censeurs, moralisants et un brin totalitaires.

Dernière remarque : La France n’est pas née en 1789.

Castelin Michel.

Logo de rlrt
samedi 18 juillet 2009 à 21h48 - par  rlrt

Merci, pour cette information : cela évitera l’achat de ce numéro qui, à la lecture des thèses soutenues, semble l’expression des monarchistes... C’est leur droit de le penser, mais trouver ces thèses dans les colonnes (indirectement) du Monde, cela ne peut que surprendre. Sans doute Hubert Beuve-Méry doit-il s’en retourner dans sa tombe !
Mais au fait, cela ne s’appellerait-il pas du révisionnisme ?

rlrt

Logo de olivier
jeudi 16 juillet 2009 à 19h17 - par  olivier

Triste "Monde".
Le journalisme doit élever. Le fait-il en l’espèce ?
Bravo pour l’information délivrée, O

À signer ! Présidentielle NON - Constituante OUI

PNG - 3.8 ko

Remplaçons en 2017 l’élection présidentielle par l’élection d’une assemblée constituante !


Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko

Constituants, comment les élire ?

Révolution française : souveraineté populaire et commis de confiance

Suite à l’émission du 18 novembre dernier animée par Louis Saisi et Michel Ezran sur Radio Aligre, l’historienne Florence Gauthier répond aux (...)


Commune de Paris : l’élection des mandataires du peuple. 26 mars 1871

Par Florence Gauthier, historienne, Université Paris 7 – Diderot.
L’échec militaire du Second empire, à Sedan, provoqua l’insurrection de Paris et (...)


Cercle de Guéret - Contrôle et révocabilité des constituants

Le 29 novembre 2011, pour la préparation de la réunion publique à Romainville , le Cercle de Guéret avait déjà évoqué l’objet de cet article avec le (...)


Cercle de Bourges - Comment élire les Constituants ?

La Constituante.
Quel mode de scrutin ? Quel corps électoral ? Quelles incompatibilités définir ? Quelles conditions d’éligibilités au mandat de (...)


Comment créer une Assemblée Constituante et comment désigner les citoyens Constituants ?

Dans le cadre de notre débat sur le mode d’élection des constituants, Francis Lenne nous donne ci-dessous ses propositions.
***
Comment créer une (...)


Les règles d’élection des constituants

Dans le cadre de notre réflexion sur le mode d’élection des constituants, Laurent Loty nous donne ci-dessous ses propositions.
***
Les règles de (...)


Election des constituants. Il est interdit d’interdire ….

Dans le cadre de notre réflexion sur le mode d’élection des constituants, Pascal Geiger nous donne ci-dessous ces réflexions.
***
Il est interdit (...)


Élire une Constituante : Contribution du cercle de Montpellier

Dans l’ignorance de la situation politique qui permettra de convoquer une assemblée constituante, il nous a semblé qu’il faut d’abord affirmer (...)


Mettre en œuvre une Assemblée Constituante

Nous avons appelé depuis longtemps à une réflexion et à des propositions quant aux modalités d’élection des constituants. Le texte ci-dessous de (...)


Comment désigner les constituants, un point de vue.

Une Constituante aura, par définition, pour tâche l’écriture d’une nouvelle Constitution et sa soumission au peuple pour approbation ou révision. (...)


La Constituante : Pourquoi ? Comment ?

Le pourquoi d’une Constituante a déjà largement été développé sur ce site. mais il mérite d’être toujours plus rappelé tant il s’agit d’une Révolution dans (...)


Tunisie : quel mode de scrutin pour la Constituante ?

Après un premier forum “Pour une assemblée nationale constituante”, le 23 février 2011, la Faculté des Sciences Juridiques Politiques et Sociales de (...)


De Gaulle et le processus d’une Assemblée Constituante

© Archives de l’Assemblée nationale - photo René Hélier
L’une des finalités de l’Association pour une Constituante est de proposer des modalités (...)


Une illustration du processus constituant

Dans le cadre de ses travaux, l’Association pour une Constituante vous présente une illustration des premiers jours de la Constituante, réalisée (...)


Election des constituants

Une Assemblée constituante ne peut être que le renouveau de la souveraineté populaire. Elle remettra donc fondamentalement en cause la situation (...)