A quoi sert le Parlement ?

samedi 31 août 2013
par  André Bellon

Samedi 31 août 2013

Le vote du parlement anglais contre l’entrée en guerre du Royaume-Uni en Syrie a, fort heureusement, rappelé à tous les excités des interventions militaires qu’en démocratie, les représentants du peuple doivent donner leur aval aux grandes décisions politiques.

En France, on évoque tout au plus la possibilité d’un débat sans vote sur cette question. Cela n’est pas nouveau. Le Parlement n’avait, par exemple, pas été consulté sur l’entrée en guerre au Kosovo. Dérive d’un système qui s’éloigne de la démocratie ? Certes, mais aussi développement d’un jeu politique qui laisse la décision publique s’élaborer dans le secret, dans les affirmations sans contestation, dans le pouvoir de cénacles plus ou moins obscurs.

***


Dimanche 1er septembre2013

Obama a finalement décidé de solliciter l’avis du congrès américain quant à une intervention en Syrie.

En France, le ministre de l’intérieur, manuel Valls a expliqué que, d’après la Constitution, ce n’est pas nécessaire avant quatre mois. C’est effectivement le texte actuel qui résulte d’une des nombreuses modifications de la Constitution, modifications destinées, soi-disant, à renforcer le rôle du Parlement.

Certains ont suggéré de remplacer le mot « Président » par « Empereur ». Mais ce serait inadapté pour quelqu’un qui doit attendre la volonté des États-Unis.


Commentaires

Logo de Yfig
lundi 2 septembre 2013 à 10h33 - par  Yfig

La France, pilotée par monsieur Hollande envoie un petit bateau sur l’eau pour "punir" le vilain syrien.
Pourquoi ne monte-t-il pas lui-même sur son petit bateau ? Presque un pédalo !
Si le ridicule tuait .... le peuple s’amuserait bien !

Logo de jacques-Robert SIMON
lundi 2 septembre 2013 à 09h40 - par  jacques-Robert SIMON

Les parlementaires sont nos représentants. Leur élection par les citoyens leur donne un mandat pour nous représenter. Bien entendu, il ne serait être question qu’ils affichent des positions purement électoralistes, évidemment personne ne peut les soupçonner de tenter de préserver une cheffitude pour l’exécutif gouvernemental qui a tant à faire pour appliquer ce qu’on lui somme d’appliquer, il est clair que le Président élu par une majorité de citoyens ne tente pas de leur imposer un mutisme absolu lorsque leur approbation de son action n’est pas acquise.
D’ailleurs qui peut parler d’"action" politique quand les décisions se prennent à l’étranger au sein de banques ou de multinationales.

Logo de christian berthier
lundi 2 septembre 2013 à 01h06 - par  christian berthier

Les articles de la Constitution française sont nombreux qui soulignent la prédominance de l’exécutif. Le chef de l’État est celui des armées, il préside les conseils et comités supérieurs de la défense nationale (article 15). Il est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire et du respect des traités (article 5). Dans le cas où des menaces graves et immédiates pèseraient sur ces intérêts vitaux, l’article 16 lui confère la faculté de « prendre les mesures exigées par les circonstances ».
La décision de François Hollande concernant la Syrie va encore au dela du texte. Elle procede de son évaluation personnelle hors toute consultation publique. Elle affiche un suivisme vis a vis d’une puissance etrangere. Elle se situe dans la continuité de décisions prises au sein d’organismes internationaux non élus de "gouvernance" économique et financiere europeenne mais concernant la vie de la population française. Ce Président semble tenter de s’élever au dessus d’une constitution pourtant deja celle d’un "coup d’etat permanent" contre les elus du peuple et leurs assemblées. Ce faisant, il témoigne de son isolement vis a vis du peuple mais aussi des "corps constitués".
Dans une telle situation, la légitimié repose sur les assemblées elues du peuples et d’abord sur celles qui en sont les plus proches. Aux elus municipaux et departementaux de les reunir et de faire usage de leurs clauses de competence generale. En particulier, il convient d’y porter la discussion budgetaire nationale et ses consequences a tous les niveaux de la nation.

Logo de Daniel Le Maire alias citoyen Lambda
dimanche 1er septembre 2013 à 21h09 - par  Daniel Le Maire alias citoyen Lambda

La question posée à l’occasion de la déclaration du président sur un engagement (militaire et financier) en Syrie n’a pas de sens.La république française existe à travers la cinquième constitution qui donne les pleins pouvoirs en la matière au président élu au suffrage universel. Dans l’état de la loi, le parlement (les élus par les citoyens) n’ont pas grand chose à dire. Seulement administrativement de rédiger la déclaration de guerre comme le rappelle le texte mis en ligne dans le précédent commentaire (merci !).
la vrai question est : comment est-ce encore possible en France qu’une décision si importante sur le plan diplomatique, militaire et financier puisse relever d’un seul homme ! Le général de Gaulle, militaire de carrière avait bien sur conçu la Constitution de sorte que certains sujets stratégiques et loin du commun des mortels dits citoyens étaient de la seule compétence d’un président, chef suprême des armées.
Nous pouvons être sensible au fait que certains pays sans constitution ont intégrés la consultation des citoyens via leur parlement dans des cas importants comme l’action militaire. C’est leur affaire ;
Mais il semble que la vrai question est de modifier notre constitution pour que les citoyens puisse s’exprimer sur une question aussi importante que l’action militaire contre un autre pays quelque soit l’urgence et l’horreur que cela suscite dans notre pays

Logo de Trazibule
dimanche 1er septembre 2013 à 20h40 - par  Trazibule

Bonjour à tous
Par la constitution de 1958 il semble que De Gaulle avait clairement limité le rôle du parlement aux affaires nationales, l’international étant du ressort de la présidence.
L’avantage était de pouvoir réagir vite. Mais décider d’une intervention extérieure vus les dépenses engagées et surtout conduisant à la mort éventuelle de soldats français mériterait à l’évidence que les citoyens donnent leur avis, par un vote au miinimum par leurs représentants.
Encore faudrait-il que l’information soit libre et non faussée, ce qui est loin d’être assuré.
Vu leur rrôle, les médias devraient être un pouvoir indépendant comme l’est la justice, et surtout un service public indépendant des contingences économiques et politiques.
Trazibule

Logo de Sylphe
dimanche 1er septembre 2013 à 20h35 - par  Sylphe

Caniche est le nom. Hérité des anglais qui l’on rejeté, mais le concours reste ouvert.

Logo de Etienne Tarride
dimanche 1er septembre 2013 à 19h11 - par  Etienne Tarride

Ne nous lançons pas dans un débat un peu forcé.
Si l’opposition veut obtenir un vote, il lui suffit de déposer une motion de censure.
Même si la Constitution actuelle est imparfaite, elle n’organise ni une monarchie ni un empire.

Etienne TARRIDE

Logo de Gilbert SOULET
dimanche 1er septembre 2013 à 18h47 - par  Gilbert SOULET

Bonjour,

Nous ne pouvons que regretter l’article 35 de notre Constitution Française, mais c’est un fait :

http://www.assemblee-nationale.fr/connaissance/fiches_synthese/septembre2012/fiche_47.asp ;

Très amicalement,

Gilbert de Pertuis

À signer ! Présidentielle NON - Constituante OUI

PNG - 3.8 ko

Remplaçons en 2017 l’élection présidentielle par l’élection d’une assemblée constituante !


Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko