Les enseignements de l’élection partielle de la 3ème circonscription du Lot et Garonne

dimanche 7 juillet 2013
par  Louis Saisi

L’élection de Villeneuve sur Lot a fait couler beaucoup d’encre, médiatisation oblige. Cela étant, elle est, comme les précédentes, révélatrice d’une évolution générale. Au delà d’un deuxième tour sans surprise quant au résultat final, mais plein d’enseignements, Louis Saisi nous donne son analyse de ce moment.

***


L’élection législative partielle de la 3ème circonscription de Lot-et-Garonne a vu la victoire du candidat UMP, Jean-Louis COSTES, avec 57,76% des suffrages exprimés contre le candidat du Front national, Etienne BOUSQUET-CASSAGNE, qui en a totalisé 46,24%.

Le score élevé du Front National signe une progression spectaculaire entre les 2 tours et met en difficulté le « front républicain » car, contrairement aux situations antérieures, le bloc bipartisan « UMP-PS » n’arrive plus à mobiliser l’électorat pour empêcher le Front National de gagner des suffrages. En effet, il y a quelques années, par exemple à la présidentielle de 2002, lorsqu’il parvenait à se qualifier au second tour d’une élection, le FN stagnait en nombre de voix. Aujourd’hui, avec un peu plus de 46% des voix au 2ème tour, le FN a gagné plus de 20 points par rapport au 1er tour (26%).

L’extrême droitisation du discours UMP et la pratique sécuritaire de la politique du Gouvernement actuel, avec, aussi, le durcissement de sa politique migratoire incarnés, l’une et l’autre, par notre vibrionnant Ministre de l’Intérieur, banalisent tous les jours un peu plus la rhétorique politique du FN de plus en plus difficile à contenir et combattre ensuite...
A priori, le grand gagnant est le Front national qui est passé, dès le 1er tour, de 7566 voix en juin 2012 à 8 552 voix : il a gagné près de 1000 voix par rapport à juin 2012, et, surtout, cela lui a permis d‘être présent, cette fois, au 2ème tour pour affronter, seul, le candidat UMP, en étant ainsi placé dans une position relativement forte, contraignant le PS à appeler à lui faire « barrage » au 2ème tour.

Cette 8ème élection partielle depuis l’avènement de la nouvelle majorité présidentielle de mai- juin 2012 nous montre que :

- Le taux d’abstentions reste encore assez fort, même au 2ème tour : près de 48% (pas loin de la moitié), alors qu’il était de près de 44% au 2ème tour en juin 2012, mais c’est habituel lors des partielles.

- Au premier tour de juin 2013, le taux d’abstention - malgré le choix offert aux électeurs par la multiplicité des candidats appartenant à des sensibilités politiques très différentes - était de 54% contre un peu moins de 36% au 1er tour des élections législatives générales de juin 2012.

- Le grand perdant est, certes, le PS dont le nombre de voix au 1er tour ne lui a pas permis d’être présent au 2ème tour. Son nombre de voix au 1er tour a été divisé par 3 : il passe de 22 572 voix en juin 2012 à 7 782 voix en juin 2013.

Et il est affligeant, en guise d’analyse politique, d’entendre le porte-parole du PS, David ASSOULINE, regretter la « démobilisation de l’électorat de gauche », comme si une telle démobilisation n’était qu’un caprice de ces électeurs et donc sans cause... ou d’autres faire le procès de la présence d’un candidat d’EELV qui aurait dispersé les voix de gauche… Mais le PS est assez familier de ce genre d’explication car il avait déjà fait le coup en 2002 en instruisant le procès de Jean-Pierre Chevènement pour expliquer la faillite du candidat Jospin et son élimination du second tour des Présidentielles...

Au premier tour, le candidat UMP est passé de 13006 voix, en juin 2012, à 9 431 voix en juin 2013 en subissant une perte de près de 4 000 voix, sans toutefois accuser une érosion aussi forte que celle du PS, mais qui ne lui a guère profité au 1er tour, puisqu’il a, au contraire, chuté considérablement lui aussi. Ainsi, malgré son élection au 2ème tour, le représentant de l’UMP, Jean-Louis COSTES, a subi également un cuisant revers.

Le Front de Gauche, au 1er tour, a enregistré une perte d’un quart de ses électeurs puisqu’il est passé de 2 169 voix en juin 2012 à 1 670 voix soit une perte de 500 voix, même si la faible participation électorale a certes relativisé cette décrue et lui a permis d’annoncer un taux de 5,08% des suffrages exprimés. Il n’a donc pas constitué ce rempart contre le vote en faveur du Front national.

Pour nous, Association pour une Constituante, quelques enseignements forts nous semblent se dégager de cette élection partielle dans la 3ème circonscription du Lot et Garonne :

- Malgré le succès indéniable du Front National, au 1er comme au second tours - qui devrait inciter nos gouvernants et la classe politique dans son ensemble à faire leur autocritique plutôt que de dire invariablement que c’est la faute aux électeurs -, ses résultats, pour le moment au moins, ne peuvent pas être analysés comme une adhésion des Français ni à son programme, ni à ses valeurs : au 1er tour, le Front national ne représente, en effet, que 11% des électeurs inscrits et n’a dû sa qualification pour le second tour qu’au fait d’être arrivé en seconde position, après l’UMP : il a surfé sur l’abstention qui lui a profité au 1er tour et il est apparu surtout comme un gagnant du 1er tour par défaut...

- Même si par ricochet cette forte abstention de 54% du 1er tour a profité momentanément au Front national, elle ne constitue pas pour autant un rejet de la politique en général mais le rejet d’une ligne politique ou, plus exactement encore, d’une certaine pratique politique car cette abstention a une signification elle-même très politique. Aux élections partielles de 2012, le taux d’abstention au 1er tour d’une série d’élections législatives partielles était déjà haut : plus de 70% dans la 1ère circonscription du Val-de-Marne (il atteindra même près de 77% au 2ème tour) ; près de 59% dans la 6ème circonscription de l’Hérault. Quant aux dernières élections de mai et juin 2013 pour désigner les représentants des Français établis hors de France, ceux-ci sont élus par 14% à 9% de votants (dont le prolixe Frédéric Lefebvre qui, dans la 1ère circonscription, pour l’UMP, ravit au PS son siège). Une telle abstention, loin d’être un désintérêt ou de l’indifférence pour la chose publique, comme une analyse rapide et superficielle voudrait nous le faire croire, est, au contraire, le révélateur de la crise continue de la représentation se traduisant par le rejet d’une classe politique qui n’est plus en phase avec le pays, avec le peuple. Elle constitue le signe muet d’une aspiration à autre chose qu’aux « choix politiques » actuels dans lesquels sont confinés les deux partis de gouvernement qui nous entraînent, l’un et l’autre, vers des formes de régression sociale sous couvert de modernité…

- Ne nous y trompons pas ! Ce n’est pas l’affaire CAHUZAC - contrairement aux déclarations sommaires et stupéfiantes du Premier Ministre - qui explique ce désaveu de l’opinion (même si elle a pu en renforcer la tendance) car, bien avant cette affaire, il y a eu, en 2012, les élections partielles dans la 6ème circonscription de l’Hérault aux résultats semblables en termes de sanction pour le PS. Ainsi depuis le début de la quatorzième législature de l’Assemblée nationale (élections de juin 2012), huit élections législatives partielles ont eu lieu. A ce jour, ces scrutins se sont tous soldés par la défaite des candidats de la majorité présidentielle qui a perdu 4 sièges (2 sur le territoire hexagonal et 2 pour la représentation des Français hors de France).

- D’élection en élection - car l’abstention n’est pas un phénomène politique nouveau -, la France majoritaire ne vote plus… Cela exprime le net rejet du système bipartisan UMP/PS par les Français qui sont bien conscients que notre alternance à l’anglaise, avec le seul changement des hommes et des équipes au pouvoir depuis plus de trois décennies, cela ne signifie pas un changement de cap politique, avec une social démocratie européenne, embourbée dans une Union européenne captive des marchés et des grands intérêts économiques. Cette social démocratie autiste n’offre plus d’alternative aux politiques d’austérité de droite, le PS appliquant, à l’instar des autres partis sociaux démocrates européens, une politique de rigueur et de démantèlement de l’Etat interventionniste et de son rôle de garant de la cohésion sociale.

Il nous faut donc retisser le lien de la démocratie représentative qui passe par la nécessaire instauration d’un rapport de confiance entre le peuple et ses gouvernants, renouer avec l’esprit du programme du Conseil national de la Résistance (C.N.R.) adopté dans la clandestinité le 15 mars 1944 qui n’a rien perdu de son actualité : sécurité sociale et retraites généralisées ; contrôle des « féodalités économiques » ; droit à la culture et à l’éducation pour tous ; presse délivrée de l’argent et de la corruption, contrairement à son contrôle, aujourd’hui, par des intérêts privés ; lois sociales ouvrières et agricoles (contrairement au démantèlement aujourd’hui du Code du travail, avec la loi du 14 juin 2013 relative à une pseudo « sécurisation de l’emploi », alors qu’elle en est tout le contraire).

Notre analyse est une fois de plus validée. La refondation de la République et de la démocratie passe par un changement du système institutionnel né de la Constitution du 4 octobre 1958, de ses dérives monarchiques actuelles. Il faut surtout créer une dynamique qui redonnera sens à la citoyenneté, bien méprisée par la classe dirigeante.

Il est donc urgent de refonder la République en redonnant la parole au peuple souverain en convoquant sans trop tarder une assemblée nationale constituante élue au suffrage universel direct.
Louis SAISI, juriste


Commentaires

Logo de pioger
vendredi 16 août 2013 à 10h09 - par  pioger

Pourquoi dans votre analyse faire fi de la candidature de François Asselineau. Il me semble qu’il apporte un discours différent. Son objectif de la sortie de l’Europe est déjà en soit un motif d’intérêt qui tranche du consensus gauche/droite.

Logo de rlrt
vendredi 12 juillet 2013 à 19h03 - par  rlrt

Je rejoins votre analyse, notamment quant à ce qu’il conviendrait de faire.
Mais il faut aussi ne pas oublier que le "peuple" ne se confond pas avec les "classes populaires", c’est-à-dire selon la nomenclature de Terra Nova les couches défavorisées résidant dans les "quartiers populaires" et souvent issues de l’immigration. A elles, le PS attache une attention de nature à les faire voter pour lui. Mais dans le même temps les petites gens de "souche", notamment du monde rural ou ouvrier, sont totalement délaissées et la frange inférieure des classes moyennes soit se paupérise, soit assume la charge principale de l’impôt. Et ce sont ces électeurs qui, par désespoir, soit ne votent plus, soit choisissent le bulletin du FN qui, dans son discours, veut apparaître comme l’unique parti prenant leur défense.
Nous sommes donc dans un système qui fait assaut de démagogie et qui n’est pas sans rappeler par certains côtés les bas empire romain...

Logo de Hadjadj Robert
jeudi 11 juillet 2013 à 17h38 - par  Hadjadj Robert

Cher ami,
Ne nous prenons pas la tête au sujet du vote FN qui est au mieux un exutoire au pire au service des partis de pouvoir pour se transmettre ce même pouvoir à tour de rôle. Ce cirque qui nous a couté notre indépendance durera autant de temps que ne se dresse en France une résistance nationale organisée qui sifflera la fin de la partie. Cette Résistance n’aura de chance de succès que si elle inclut au sein de son Conseil l’ensemble, sans exclusives, des organisations politiques et syndicales favorable à la sortie de l’UE, et à l’élection d’une Constituante pour doter la République d’institutions nouvelles conforme à la volonté du peuple. Tout cela bien sur sous le contrôle d’un gouvernement provisoire de salut public. Tout le reste ne sera que du bla bla sans intérêt pour les citoyens au bord du rouleau et à la merci du pire !
Avec mon bien cordial
Salut et fraternité

Logo de FifiBrind_acier
mardi 9 juillet 2013 à 07h49 - par  FifiBrind_acier

Je crois que vous faites erreur, le FN ne progresse pas.
Avec plus de la moitié du corps électoral qui s’abstient + 15% de votes blancs ou nuls, le score du FN n’est pas de 46%, mais de 46% de la moitié des inscrits.

Le FN a fait 20,8% des inscrits, chiffre de la Préfecture. 18/20% c’est le score du FN depuis des dizaines d’années.

Ce qui a changé, c’est le comportement des électeurs vis à vis "du pacte républicain" et du "vote utile".
Chirac a été élu avec 80% des voix.

L’utilisation depuis 1984 du FN comme épouvantail pour rabattre les voix sur le PS ou l’ UMP au 2e tour, et leurs assurer une large victoire a vécu.

Il y a désormais 2 lignes politiques au FN, une ligne "sociale" avec Marine le Pen pour récupérer les déçus de la Gauche.

Et la ligne Marion Maréchal et Papy Le Pen qu’on a ressorti de la naphtaline pour assurer "Le FN canal historique", voir sa dernière sortie sur les Roms...

Savoir si cela suffira à ramener les électeurs vers les urnes et vers "le pacte républicain"... on verra aux Municipales.
Bien à vous.

Site web : FN

À signer ! Présidentielle NON - Constituante OUI

PNG - 3.8 ko

Remplaçons en 2017 l’élection présidentielle par l’élection d’une assemblée constituante !


Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko

Constituants, comment les élire ?

Révolution française : souveraineté populaire et commis de confiance

Suite à l’émission du 18 novembre dernier animée par Louis Saisi et Michel Ezran sur Radio Aligre, l’historienne Florence Gauthier répond aux (...)


Commune de Paris : l’élection des mandataires du peuple. 26 mars 1871

Par Florence Gauthier, historienne, Université Paris 7 – Diderot.
L’échec militaire du Second empire, à Sedan, provoqua l’insurrection de Paris et (...)


Cercle de Guéret - Contrôle et révocabilité des constituants

Le 29 novembre 2011, pour la préparation de la réunion publique à Romainville , le Cercle de Guéret avait déjà évoqué l’objet de cet article avec le (...)


Cercle de Bourges - Comment élire les Constituants ?

La Constituante.
Quel mode de scrutin ? Quel corps électoral ? Quelles incompatibilités définir ? Quelles conditions d’éligibilités au mandat de (...)


Comment créer une Assemblée Constituante et comment désigner les citoyens Constituants ?

Dans le cadre de notre débat sur le mode d’élection des constituants, Francis Lenne nous donne ci-dessous ses propositions.
***
Comment créer une (...)


Les règles d’élection des constituants

Dans le cadre de notre réflexion sur le mode d’élection des constituants, Laurent Loty nous donne ci-dessous ses propositions.
***
Les règles de (...)


Election des constituants. Il est interdit d’interdire ….

Dans le cadre de notre réflexion sur le mode d’élection des constituants, Pascal Geiger nous donne ci-dessous ces réflexions.
***
Il est interdit (...)


Élire une Constituante : Contribution du cercle de Montpellier

Dans l’ignorance de la situation politique qui permettra de convoquer une assemblée constituante, il nous a semblé qu’il faut d’abord affirmer (...)


Mettre en œuvre une Assemblée Constituante

Nous avons appelé depuis longtemps à une réflexion et à des propositions quant aux modalités d’élection des constituants. Le texte ci-dessous de (...)


Comment désigner les constituants, un point de vue.

Une Constituante aura, par définition, pour tâche l’écriture d’une nouvelle Constitution et sa soumission au peuple pour approbation ou révision. (...)


La Constituante : Pourquoi ? Comment ?

Le pourquoi d’une Constituante a déjà largement été développé sur ce site. mais il mérite d’être toujours plus rappelé tant il s’agit d’une Révolution dans (...)


Tunisie : quel mode de scrutin pour la Constituante ?

Après un premier forum “Pour une assemblée nationale constituante”, le 23 février 2011, la Faculté des Sciences Juridiques Politiques et Sociales de (...)


De Gaulle et le processus d’une Assemblée Constituante

© Archives de l’Assemblée nationale - photo René Hélier
L’une des finalités de l’Association pour une Constituante est de proposer des modalités (...)


Une illustration du processus constituant

Dans le cadre de ses travaux, l’Association pour une Constituante vous présente une illustration des premiers jours de la Constituante, réalisée (...)


Election des constituants

Une Assemblée constituante ne peut être que le renouveau de la souveraineté populaire. Elle remettra donc fondamentalement en cause la situation (...)