Lettre au Ministre de l’éducation nationale

mercredi 10 octobre 2012
par  André Fontaine

André Fontaine a adressé, en cette rentrée scolaire, la lettre ci-dessous au ministre de l’éducation nationale. Nul doute qu’elle suscitera des commentaires.

***


Monsieur le Ministre,

Le passé n’est jamais mort, il n’est même pas passé (Faulkner)

La nation française est l’héritière en ligne directe de la longue aventure humaine gréco-latino-française. Commencée aux bords de la mer Égée avec la naissance de l’esprit critique, poursuivie par l’Empire romain et la religion chrétienne, réveillée à la Renaissance et au Siècle des Lumières, elle a abouti à la Révolution française, puis à la séparation des Églises et de l’État. Quand j’ai lu dans les journaux que vous étiez professeur de philosophie et admirateur de J.P. Vernant, j’ai pensé que nous allions peut-être avoir un Ministre qui rendrait sa fonction à l’Éducation nationale : la formation de citoyens aptes à faire en sorte que l’Esprit de la nation française prenne conscience de soi.

Dés sa naissance, l’enfant s’apprend à corréler ses sensations à l’existence d’objets et, suivant un processus mystérieux, réussit à organiser les sons émis par son entourage dans une langue avec des mots et une grammaire. Cette éducation primordiale en grande partie effectuée dans la famille s’imprime dans notre cerveau et imprègne notre personnalité de caractères acquis presque aussi indélébiles que les caractères innés.

Alors que l’éducation familiale a inclus l’enfant dans son entourage grâce à sa maîtrise de sa langue maternelle entendue, c’est à dire la liaison entre sens et son, l’Éducation nationale doit l’inclure dans sa nation, en débutant par la maîtrise de la langue maternelle écrite, c’est à dire la liaison entre sens et image vue. Dans notre écriture alphabétique, cette liaison est facilitée par la décomposition des mots en sons simples relativement peu nombreux dont la représentation est aisément mémorisable. La méthode globale, qui veut passer directement de l’image du mot à son sens, complique la tâche des enfants et fait fi, on ne sait pourquoi, des longs efforts historiques de la mise au point de l’écriture alphabétique, accomplis justement dans le but de faciliter aux locuteurs le maniement écrit de leur langue. Cette même perversion pédagogique se retrouve chez ceux qui ont voulu apprendre aux enfants dés le plus jeune âge les mathématiques modernes, un des étages le plus abstrait de la construction mathématique.

Pourquoi s’ingénie-t-on sans arrêt à tirer l’éducation nationale à hue et à dia sans autre résultat qu’une inefficacité accrue ? Un ami me disait qu’ayant reçu le correspondant anglais de son fils, celui-là lui avait demandé : « Pourquoi, à la radio française, on n’entend que des chansons anglaises ? » Nous sommes des colonisés et, comme toujours dans cette situation, ce sont les élites privilégiées qui se font, par intérêt, les valets du colonisateur. Depuis des décennies elles n’ont de cesse de détruire l’humanisme français au profit de l’utilitarisme anglo-saxon. Elles en sont même venues à créer des cours d’anglais à l’école primaire, au moment où par l’étude approfondie de la langue maternelle, de ses méandres et subtilités, il faudrait donner aux élèves le goût d’une connaissance, loin de la superficialité des apprentissages utilitaires

L’utilitarisme de l’éducation est partout encouragé. Il n’est pas un débat qui ne se termine par : “ces choses-là devraient être apprises à l’école”, surchargeant à qui mieux mieux les emplois du temps. On dote les écoles primaires d’outils informatiques, alors qu’en général les enfants excellent dans leur emploi et que l’informatique est le comble de l’asservissement de la pensée. A quand des cours de “marche à bicyclette” ? Jules Ferry n’avait pas introduit dans les épreuves du certificat d’étude “la traite des vaches” ou “le geste auguste du semeur”. . L’esprit de finesse n’est plus et quelqu’un a fini par dire que la lecture de la Princesse de Clèves était inutile pour des employés. L’esprit de géométrie ne se porte guère mieux. Une de mes petites-filles ne connaissant pas le mot “théorème”, je lui ai posé la question : « Tu n’as pas appris le théorème de Pythagore ? - Ah ! tu veux dire la propriété de Pythagore ». Ainsi la démonstration grecque a été remplacée par une constatation égyptienne, c’est une régression d’au moins deux millénaires.

L’éducation nationale n’est plus qu’école d’apprentissages et forme des citoyens à n’être que des moutons juste aptes à brouter l’herbe qu’on leur offre, au plus grand profit des bureaucraties dirigeantes des grandes entreprises. Paradoxe : le gouvernement prétend encourager l’innovation. Une nouvelle religion, l’économie, régente la société, non pas en raison de sa connivence avec le ciel, mais par son caractère scientifique. Ses grand prêtres pérorent dans tous les lieux de décision et abreuvent les fidèles de prévisions dont il est manifeste qu’elles ne se réalisent que par hasard. L’économie n’a de scientifique que le fait qu’elle est incapable de la moindre prévision. « On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve. » et nous nageons en plein obscurantisme religieux.

Que reste-t-il de l’Esprit de la nation français ? Une peau de chagrin. Notre dernier espoir réside dans une Éducation nationale qui apporterait aux futurs citoyens l’élan de leur nation : l’esprit critique, l’humanisme et la raison ; dans un Ministre qui fixerait le cap : « J’aime mieux une tête bien faite qu’une tête bien pleine » Il faudrait lessiver les programmes scolaires des pollutions du tout anglais, marque de notre asservissement à l’impérialisme états-unien et véhicule de l’utilitarisme propre aux locuteurs de cette langue. Travail considérable qui heurtera de plus puissants que le roi Augias et j’ai peur que toute l’eau de la Seine n’y suffise pas.

Je compte cependant sur vous pour entreprendre cette tâche exaltante qui devrait être aussi celle de tous les citoyens français et je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de toute ma considération.

A. Fontaine


Commentaires

Logo de Jean Lafitte
vendredi 9 novembre 2012 à 17h43 - par  Jean Lafitte

Impérialisme américain ?

Il y a peu, j’ai réagi vivement à l’emploi du mot anglais flyer dans un message d’une association liée à la Légion d’honneur, estimant du devoir d’une association patriotique de défendre la langue française contre l’envahissement des mots anglais. Mais pour moi, comme je l’écrivais expressément, « cet envahissement n’est dû en rien à l’impérialisme américain ou britannique, mais seulement à la sottise des prétendues élites françaises qui ignorent la langue française et se croient à la pointe du progrès, de la communication, des sciences, du commerce etc. en attrapant tous les mots anglais qui passent à leur portée, comme les enfants les poux ou les rhumes à l’école. »

Me sont depuis revenues à l’esprit deux anecdotes de ma carrière militaire, mettant en jeu des flyers au premier sens du terme, selon le Dictionnaire Collins consulté sur internet : « (=pilot) aviateur (-trice) m/f » :

La première date de 1958 ; j’étais lieutenant à l’entrepôt de l’armée de l’air du Blanc (Indre) et j’avais été amené à accompagner un fonctionnaire civil venu de Paris pour une réunion à la base américaine de Châteauroux-Déols. Nos interlocuteurs étaient deux commandants de l’U.S. Air Force : non seulement ils ne nous ont parlé qu’en français, mais même échangeant entre eux, ils n’ont usé que de notre langue. Inutile de rappeler que c’est eux qui nous fournissaient du matériel, de télécommunications en l’espèce, et pas l’inverse.

La seconde, elle nous a été racontée à l’École de guerre, en 1973-74, par un camarade pilote de transport qui devait finir sa carrière avec 4 étoiles. À l’époque, l’école du transport aérien militaire de Toulouse organisait de temps en temps une journée (ou une semaine ?) de procédure en anglais entre avions et tour de contrôle. Et parmi les ordres donnés par la tour, il y avait « Do a T.P.B.A. », soit phonétiquement « dou eu ti pi bi é ». Or ce T.P.B.A. se décryptait en « Tour de Piste à Basse Altitude » !

Mais sait-on encore sourire en France ?

Logo de Renéabel
dimanche 28 octobre 2012 à 16h23 - par  Renéabel

Les chemins actuels de l’enseignement scolaire sont étonnants. Je suis toujours étonné de voir le nombre de fautes d’orthographe commises par des étudiants de l’enseignement supérieur... lesquels ont donc terminé l’enseignement secondaire, bien qu’ils fassent des fautes dont ma grand-mère (d’instruction primaire) aurait eu honte... Nos étudiants, sans doute, apprennent l’anglais, mais ignorent le français !
Ignorance parfois étonnante, également, en histoire de France. Un coup d’oeil sur les nouveaux manuels est d’ailleurs édifiant. Pourtant, sans histoire : pas de peuple ! Est-ce cela qui est visé ? Pas de peuple sans langue... Pas de peuple sans histoire.

Logo de Jean-Marc
mardi 16 octobre 2012 à 19h18 - par  Jean-Marc

@Sébastien

Comme vous dites, et c’est merveilleusement naturel que cet ordre des choses.

Toutefois, des "institutions" pèsent si fort sur lui au lieu de lui faciliter l’envol, et ça, c’est "impardonnable".

Logo de Sébastien
mercredi 10 octobre 2012 à 17h48 - par  Sébastien

Une éducation à l’asservissement …
- Sur la géométrie, pour les jeunes et moins jeunes : Comprendre les mathématiques de Bruter par exemple.
- L’asservissement linguistique est aussi et surtout dans le choix conceptuel implicite des mots que l’on utilise, même traduits en français, cette « novlangue ».
- Comprendre que l’économie n’est qu’un outil politique c’est déjà s’en libérer.

Mais, heureusement, le logos n’est enchainé à aucune institution.

À signer ! Présidentielle NON - Constituante OUI

PNG - 3.8 ko

Remplaçons en 2017 l’élection présidentielle par l’élection d’une assemblée constituante !


Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko

Constituants, comment les élire ?

Révolution française : souveraineté populaire et commis de confiance

Suite à l’émission du 18 novembre dernier animée par Louis Saisi et Michel Ezran sur Radio Aligre, l’historienne Florence Gauthier répond aux (...)


Commune de Paris : l’élection des mandataires du peuple. 26 mars 1871

Par Florence Gauthier, historienne, Université Paris 7 – Diderot.
L’échec militaire du Second empire, à Sedan, provoqua l’insurrection de Paris et (...)


Cercle de Guéret - Contrôle et révocabilité des constituants

Le 29 novembre 2011, pour la préparation de la réunion publique à Romainville , le Cercle de Guéret avait déjà évoqué l’objet de cet article avec le (...)


Cercle de Bourges - Comment élire les Constituants ?

La Constituante.
Quel mode de scrutin ? Quel corps électoral ? Quelles incompatibilités définir ? Quelles conditions d’éligibilités au mandat de (...)


Comment créer une Assemblée Constituante et comment désigner les citoyens Constituants ?

Dans le cadre de notre débat sur le mode d’élection des constituants, Francis Lenne nous donne ci-dessous ses propositions.
***
Comment créer une (...)


Les règles d’élection des constituants

Dans le cadre de notre réflexion sur le mode d’élection des constituants, Laurent Loty nous donne ci-dessous ses propositions.
***
Les règles de (...)


Election des constituants. Il est interdit d’interdire ….

Dans le cadre de notre réflexion sur le mode d’élection des constituants, Pascal Geiger nous donne ci-dessous ces réflexions.
***
Il est interdit (...)


Élire une Constituante : Contribution du cercle de Montpellier

Dans l’ignorance de la situation politique qui permettra de convoquer une assemblée constituante, il nous a semblé qu’il faut d’abord affirmer (...)


Mettre en œuvre une Assemblée Constituante

Nous avons appelé depuis longtemps à une réflexion et à des propositions quant aux modalités d’élection des constituants. Le texte ci-dessous de (...)


Comment désigner les constituants, un point de vue.

Une Constituante aura, par définition, pour tâche l’écriture d’une nouvelle Constitution et sa soumission au peuple pour approbation ou révision. (...)


La Constituante : Pourquoi ? Comment ?

Le pourquoi d’une Constituante a déjà largement été développé sur ce site. mais il mérite d’être toujours plus rappelé tant il s’agit d’une Révolution dans (...)


Tunisie : quel mode de scrutin pour la Constituante ?

Après un premier forum “Pour une assemblée nationale constituante”, le 23 février 2011, la Faculté des Sciences Juridiques Politiques et Sociales de (...)


De Gaulle et le processus d’une Assemblée Constituante

© Archives de l’Assemblée nationale - photo René Hélier
L’une des finalités de l’Association pour une Constituante est de proposer des modalités (...)


Une illustration du processus constituant

Dans le cadre de ses travaux, l’Association pour une Constituante vous présente une illustration des premiers jours de la Constituante, réalisée (...)


Election des constituants

Une Assemblée constituante ne peut être que le renouveau de la souveraineté populaire. Elle remettra donc fondamentalement en cause la situation (...)