Ecole publique et fonds publics


Le Collectif pour la Défense et la Promotion de l’École Publique de Proximité - CDPEPP- nous a envoyé la doléance ci-dessous sous forme de lettre ouverte au nouveau gouvernement et aux parlementaires.

***


LETTRE OUVERTE AU NOUVEAU GOUVERNEMENT ET AUX PARLEMENTAIRES DE GAUCHE

Fonds publics à la seule école publique

Le nouveau gouvernement de gauche a maintenant tous les pouvoirs.
C’est le moment pour lui de respecter son devoir de laïcité et ses devoirs par rapport à l’école publique.

Pour cela, il doit :

1) Maintenir et si nécessaire ouvrir des écoles publiques sur tout le territoire en fonction des besoins des populations.

2) Appliquer la loi du 10 juin 1985 introduite dans le Code de l’éducation (article L211-3 permettant à l’État de combler les carences de la commune).

3) Créer des postes à réserver pour l’école publique de façon à arrêter l’hémorragie (77 500 postes supprimés ces 5 dernières années). Par conséquent, faut-il accorder 5 100 [1] postes à l’enseignement catholique comme ce dernier l’a réclamé suite à l’annonce de la création de 60 000 postes par François Hollande ? Vincent Peillon venant d’accorder 70 postes à l’enseignement catholique, notre inquiétude devient de plus en plus grande.

4) Abroger la loi Carle [2] dans la continuité de la saisine du Conseil constitutionnel par tous les députés de gauche le 6 octobre 2009.

5) Abroger la loi Debré, atteinte grave à notre principe constitutionnel de laïcité et à notre la loi de 1905 de séparation des Églises et de l’État. L’hémorragie des fonds publics au profit de l’école privée en l’absence de toute transparence et de contrôle, dans un contexte de restrictions budgétaires est tout autant insupportable [3].

6) Engager un débat sur l’école afin de refonder le projet éducatif de notre République.

CDPEPP - Collectif pour la Défense et la Promotion de l’École Publique de Proximité

http://ecoledeproximite.lautre.net/06 22 13 57 29/ecoledeproximite@yahoo.fr

Pour le maintien de l’école publique de proximité

Retransmissions vidéos -Dossier de presse- Derniers débats

Fonds publics à la seule école publique

Pétition Positions- Campagnes Abrogation Art89 Loi Carle.

Peut-on tolérer clientélisme, lobbysme, communautarisme ?

PDF - 335.9 ko
MON ÉCOLE PUBLIQUE CONFISQUÉE !

[1Faut-il accorder 5 100 postes à l’enseignement catholique ?
|Le chiffre officiel des suppressions de postes dans l’enseignement public et privé de 2007 à 2012 est de 80 000.
Le président François Hollande a annoncé la création de 60 000 postes pendant la durée de son mandat.
Suite à cela, répondant à cette question de La Croix le 23 janvier 2012 : « François Hollande entend rétablir les 60 000 postes supprimés au cours de l’actuel quinquennat. Approuveriez-vous une telle mesure ? », Eric Delabarre, secrétaire national de l’enseignement catholique a déclaré : « Aborder la question de l’école par le biais des moyens ne me semble pas pertinent. La situation budgétaire est telle qu’il me semble impossible de rétablir ces 60 000 postes. Je pense même qu’on peut probablement continuer à en supprimer sans que la qualité de l’offre de formation s’en ressente. ... »
Depuis le secrétaire national de l’enseignement catholique a changé d’avis et réclame 5 100 postes.
Au nom de quoi faudrait-il faire bénéficier l’enseignement catholique de ces 5 100 postes ?
En effet, selon Eddy Khaldi, syndicaliste à l’UNSA, l’enseignement privé catholique n’a perdu sur la période des 5 dernières années que 2500 postes.
Comment l’enseignement privé peut-il demander 5 100 postes alors qu’il n’en a perdu que 2 500 ??|

[2Abroger la loi Carle – voir :
- la saisine du Conseil constitutionnel par tous les députés de gauche
- la circulaire d’application mars 2012 et les alertes de Claude Barratier sur son site et sur agoravox (apportez vos commentaires)
- le décret d’application sur les RPI de novembre 2010 et les alertes de Pierre Souin&Christian Baqué
- la lettre ouverte au CNAL à propos du TRACT sur la loi Carle

[3Le nouveau gouvernement doit d’urgence faire toute la transparence sur le financement de l’enseignement privé :
==> Rapports de la cour des comptes, des commissions parlementaires - Appel à Inventaires et Bilans !
et réactiver des dispositifs tels la CADA, tribunaux administratifs afin de soutenir les initiatives de citoyens tel Claude Barratier Conseiller Municipal à Chessy les Mines, ou d’organisations telles la FNLP hier ou le Groupe Front de gauche et Alternatifs à la région Ile-de-France aujourd’hui


Commentaires

Logo de jacques de felice
mardi 29 janvier 2013 à 06h57 - par  jacques de felice

Il ne s’agit pas que du problème de laïcité. L’enseignement ’catholique’ est d’abord une affaire de gros sous. Ce qui me dérange le plus est la création de filières - ce que les républicains ont tjrs tenté d’éviter.

Dans l’enseignement privé, les règles sont simples, "tu es bon et sans histoires ou tu dégages".
Cela crée un système éducatif pour les riches qui peuvent se payer 1) un écolage payant 2) des cours de rattrapage pour maintenir le niveau (généralement bon) requis. C’est une discrimination à la naissance.

La charge de l’État d’une éducation pour tous est donc reportée sur les nantis et tant-pis pour les autres.
Cette démission est proprement inadmissible vis à vis de nos principes démocratiques les plus importants - gages de paix sociale et de respect des personnes.
De plus elle est source de troubles à l’ordre public - un fait observable aisément - en abandonnant les pauvres à leur pauvreté voire la misère - donc un enfermement éducatif - l’État est coupable de générer volontairement (puisqu’en toute connaissance de cause) des troubles à l’ordre public par relégation d’une partie de la population, l’obligeant pour survivre à toutes sortes d’expédients par ailleurs réprimés logiquement,

L’éducation privée EST sélective, en favorisant notablement les familles nanties. Elle favorise les troubles sociaux et maintient le pouvoir les classes dominantes.

Logo de Eddy KHALDI
mardi 9 octobre 2012 à 12h23 - par  Eddy KHALDI

Bonjour,

Je suis Eddy KHALDI

Je suis d’accord pour répondre à des arguments et non à des accusations gratuites.

De quelle réunion publique parlez-vous ?
Qui êtes vous ?
De quels mensonges parlez-vous ?

Je peux vous renvoyer à un certain nombres d’écrits : http://www.la-republique-contre-son-ecole.fr/textes
Vous pouvez aussi voir ou entendre des propos tenus dans quelques conférences :http://www.google.fr/search?hl=fr&q=%22Main+basse+sur+l%27%C3%A9cole+publique%22&btnG=Recherche+Google&meta=#hl=fr&gs_nf=1&ds=yt&pq=eddy%20khaldi%20biographie&cp=12&gs_id=1i&xhr=t&q=eddy+khaldi&pf=p&sclient=psy-ab&tbm=vid&oq=eddy+khaldi+&gs_l=&pbx=1&bav=on.2,or.r_gc.r_pw.&fp=6c672bbc652a70a6&biw=1280&bih=867&bs=1

Je suis disposé à débattre avec vous sur des faits et non des procés d’intention.

Cordialement

eddy.khaldi@wanadoo.fr

Logo de William Henri
mardi 9 octobre 2012 à 10h20 - par  William Henri

"Selon Eddy Khaldi" [...]

Je ne puis que vous conseiller une très grande prudence en le citant. Il n’est pas du tout fiable. Je l’ai vu, lors d’une réunion publique, être mis en grande difficulté par des universitaires (libres penseurs) qui, eux, maîtrisaient parfaitement leur domaine. Et l’ont surpris à plusieurs reprises en flagrant délit de mensonge. Se voyant en mauvaise passe il a systématiquement changé de sujet... À la sortie certains disaient qu’Eddy Khaldi "avait pris la fuite".

On peut défendre une opinion. Vouloir abolir l’enseignement catholique. Pourquoi pas ? Mais il ne faut pas le faire avec des arguments mensongers comme le fait trop souvent monsieur Khaldi. Qui, ce jour-là, a ainsi conforté les institutions publiques dans leurs choix !

À signer ! Présidentielle NON - Constituante OUI

PNG - 3.8 ko

Remplaçons en 2017 l’élection présidentielle par l’élection d’une assemblée constituante !


Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko