Une Assemblée illégitime

lundi 19 juin 2017
par  Association pour une Constituante

Une fois de plus, les Français ont indiqué leur inquiétude et leur rejet de la situation politique dans le pays.

Ils l’ont exprimé, à la fois, par l’élimination des partis qui se succédaient jusqu’à présent à la tête de l’Etat et dans une abstention sans précédent pour une élection de cette importance. Seuls 39% des électeurs ont émis un vote si l’on tient compte des blancs et des nuls (6,9% et 2,94% des votants). Cette situation inédite est le symbole d’une profonde crise de régime. La Ve République tourne à vide.

Nous assistons à une perte de confiance dans un système qui est de moins en moins perçu, à raison, comme démocratique. Car si le résultat permet de conforter une large majorité de députés au profit du président de la République, la légitimité de cette assemblée est fragilisée par un vote peu convaincant. Cette fragilisation atteint tous les élus quels qu’ils soient. Chacun d’entre eux doit en avoir conscience sous peine de participer au coup d’Etat rampant depuis l’élection présidentielle et, sans doute, depuis le non-respect du vote des Français exprimé le 29 mai 2005 sur le traité constitutionnel européen.

Par le peuple, pour le peuple

Peut-on continuer à fermer les yeux sur l’étouffement de la souveraineté populaire qui ne trouve plus les voies de son expression légitime ? Peut-on continuer dans la mise en place de politiques fort peu acceptées par les citoyens, dans la construction sans fin d’institutions européennes toujours plus éloignées des citoyens ?

Que des réformes soient nécessaires dans un tournant historique majeur est sans doute une idée acceptable, même si le mot réforme est devenu l’alibi de régressions politiques et sociales sans précédent depuis des décennies. En toute hypothèse, encore faut-il que les réformes émanent du seul corps social souverain : le peuple.

Il est donc indispensable que le peuple se reconstitue via de nouvelles institutions. Celles-ci sont un bien public. La confiance ne s’impose pas. Elle se construit par le respect des citoyens et de leur pouvoir naturel. Il serait désastreux et dangereux pour l’avenir des libertés que le système continue sur sa lancée avec une majorité qui gouverne sans légitimité et une minorité qui joue, sans plus de légitimité, le théâtre de l’opposition.

Le gouvernement ne peut retrouver une force légitime que s’il émane réellement des citoyens. Le peuple n’a pas besoin de guides. En ce 18 juin 2017, la souveraineté, la démocratie sont à l’ordre du jour. L’élection d’une assemblée constituante en France est le seul outil possible pour réaffirmer l’origine démocratique du pouvoir.

On peut retrouver cet article sur Agoravox http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/une-assemblee-illegitime-194313


Commentaires

Logo de troy1
vendredi 23 juin 2017 à 01h58 - par  troy1

De Gaulle, dans l’une de ses envolées lyriques, stipendiait que l’Armée Rouge se trouvait à " une étape du Tour de France" !... Il n’expliquait pas pourquoi elle ne franchissait pas une distance aussi insignifiante !... Aujourd’hui, l’héritier de la V° République voudrait rassembler le peuple français et que "Manu" "Macro" soit reconnu comme le "Sauveur" , "Messie" de tout un pays !.... Ce sont plutôt les Premiers pas du Dauphin !... En attendant les Etats Généraux et le Serment du Jeu de Paume !... Sans-Culottes ou Blousons Noirs !... "Jeux d’enfants", diraient Lénine ou Trotsky, confrontés à ces gangs de lumpen-prolétaires !... Alors que le coup d’Etat était encore tout frais, les "blousons noirs" furent remplacés par "les blousons dorés" , fils de famille venus s’encanailler au contact des Apaches !...
Cette nouvelle vague fut de courte durée , la nouvelle génération de parvenus n’étant pas plus empathique que ses aînés : elle connaît fort bien ses véritables intérêts, le reste n’étant que folklore et exotisme ...
Le règne de ce messie ne sera que de courte durée, plus courte encore que celle du nain : Les Législatives 2017 n’ont fait que radicaliser ( et renforcer !) les différents camps et on va vite assister à de ( vains ) affrontements de "place-fortes", comme dans une guerre féodale : notre pays va devoir réaliser de vraies réformes ... pour éviter de disparaître purement et simplement !... ( Une dictature militaire suffira, dans ce cas !... )

Logo de Edmond Harlé
lundi 19 juin 2017 à 18h51 - par  Edmond Harlé

MENER LE COMBAT DES IDÉES / LE PROGRÈS SOCIAL EST LA SEULE SOLUTION A LA CRISE ET AU CHÔMAGE
Les élections législatives, marquées par l’abstention massive, notamment des classes populaires et des jeunes, montrent que le peuple ne veut pas de la super régression sociale promise par Macron mais qu’ils ne croient plus que la politique peut régler leurs problèmes de pouvoir d‘achat et de chômage.
Le camp du progrès social vient de perdre une bataille. Son échec peut certes être Imputé aux trahisons de Hollande-Valls-Macron et de la majorité des socialistes.
Elle découle aussi des divisions.
Mais il y a une cause beaucoup plus profonde : c’est le débat d’idées que nous avons perdu.
Alors que politiques libérales nous plongent dans une crise permanente depuis 1974, les libéraux ont instillé le poison de l’idéologie gestionnaire masquée derrière le terme « pragmatisme ». Avec l’aide des médias et de prétendus experts, ils ont convaincu les français que les responsables de la crise et du chômage sont ceux qui « profitent » des droits sociaux ou de la solidarité nationale, les fonctionnaires qui « coûtent trop cher » et les salariés « trop protégés » par le Code du travail ou qui « ne travaillent pas assez ».
Notre échec c’est de n’avoir su expliquer que c’est l’inverse. C’est la remise en cause des droits sociaux, la réduction du pouvoir d‘achat réel de la majorité des salariés, l’absence de réduction du temps de travail par rapport à l’augmentation de la productivité du travail qui sont la cause de la crise.
Notre échec c’est de n’avoir pas su montrer que, depuis 40 ans, la part de la rémunération du travail dans le PNB a baissé tandis que celle des profits explosait.
Notre échec, c’est de n’avoir pas su expliquer comment le progrès social et le partage des gains de productivité du travail entre la hausse des salaires et la réduction de la durée du travail sont le seul moyen de réduire le chômage sans détruire la rémunération et les droits des salariés comme l’ont fait le Royaume-Uni ou l’Allemagne.
Notre avenir c’est d’engager le débat d’idées, dans l’union la plus large, sans s’enfermer dans des divisions syndicales ou politiques, en associant les intellectuels et les chercheurs, pour gagner la bataille des idées, convaincre le peuple.
Si nous n’engageons pas le combat des idées et de l’opinion publique, les mobilisations pour s’opposer aux lois antitravail de Macron ne seront pas suffisantes pour vaincre.
Si nous ne prenons pas les moyens de convaincre le peuple, alors, on verra monter encore les mouvements de haines, de rejet des autres, et le FN deviendra la seule opposition crédible et le dernier espoir (totalement illusoire) des citoyens.
Pour être crédibles, nous devons être unis, déterminés, tolérants et organiser les débats à la base car nous savons que les grands médias sont contre le progrès social.
Avant de créer de « nouvelles chapelles politiques », lançons partout le débat d’idées avec tous les citoyens, partis, syndicats et associations qui le veulent bien.

Site web : Edmond Harlé

À signer ! Présidentielle NON - Constituante OUI

PNG - 3.8 ko

Remplaçons en 2017 l’élection présidentielle par l’élection d’une assemblée constituante !


Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko