Réunion du 2 mai 2017 APUC cercle de Nantes

jeudi 1er juin 2017
par  Cercle de Nantes

Ordre du jour : point sur la situation politique ; accueil de Melle Léguy ; discussion sur les communications écrites produites par le Cercle de Nantes et projet de synthèse ; cartes d’adhésion et point financier ; questions diverses.

Présents : Jean-Claude, Lucy, Bernadette, Charlotte, Jocelyne, Denys, Jorge, Christine, Christian, François, Charlotte, Roland. Loïc, Sylvie.

Excusés : Daniel, Yannick.

Mot de bienvenue du Président qui loue l’engagement militant de notre groupe et aussi sa dimension amicale.

Point sur la situation politique.

Les résultats des élections confirment la crise des institutions et des partis politiques traditionnels, la remise en cause du système national et européen. Les candidats incarnent la dégénérescence du système oligarchique. Les deux partis de l’alternance de 5ème république sont hors circuit après avoir gouverné ensemble depuis les années Mitterrand.

Macron est illégitime au sens où il n’est pas l’expression d’une dynamique de parti et n’a jamais été élu. Il représente une mosaïque incohérente d’insatisfaits et de déçus du fonctionnement politique traditionnel. Il envisage d’utiliser les ordonnances et le 49 -3 pour gouverner car il ne pourra pas s’appuyer sur une majorité à l’assemblée nationale. Il est parachuté par le Medef, c’est le chantre de l’ultralibéralisme et de l’ubérisation. Il suit les directives de Bruxelles et d’une partie du grand patronat (qu’il ne faut pas amalgamer aux petites et moyennes entreprises qui sont dans l’ordre de la production et non de la spéculation), il prône une gouvernance mondiale sur le modèle des EU et menace toutes les protections sociales, risque de liquider les acquis sociaux. Le Medef et la CFDT n’ont plus d’indépendance mais ils font des interventions politiques directes et donnent des leçons de morale, ils enfreignent leur devoir de neutralité et devraient être condamnés conformément aux principes de la Charte d’Amiens sur la liberté de conscience. Leurs prises de parti se font de façon ostentatoire à présent.

Notre objectif est de revenir aux fondamentaux de la République, de redonner la souveraineté au peuple, de rétablir la démocratie directe, de rendre effective l’application de la déclaration des Droits de l’homme, de reconstituer la citoyenneté populaire non pas par l’octroi d’une Constitution mais par un mouvement en profondeur partant d’une large consultation de la base. Nous souhaitons favoriser la multiplication de cercles PUC.

Quelques nouvelles de Paris : le 7 mai, plusieurs associations dont l’APUC, Anticor et d’autres animés par beaucoup de jeunes ont organisé un rassemblement citoyen, de 15h à 19h, place de la République, pour exprimer leur volonté de changement des institutions. Un rassemblement est prévu également le 29 mai à Paris pour commémorer le non-respect du referendum à propos de l’Europe.

Trois cercles sont en préparation dans l’Allier, à Carcassonne et à Bordeaux. Les outils et matériel de communication pour faire connaître notre association sont mis à disposition à Bourges. Le site de notre association est en travaux actuellement.

Une vraie force de résistance est constituée à l’issue de la campagne présidentielle : 60 % des votants pour Mélenchon ont choisi l’abstention au second tour et souhaitent une auto organisation, une politique d’union, de regroupement dans le contexte de l’état d’urgence qui limite l’expression des mouvements sociaux.

On s’interroge sur la probable instrumentalisation du mouvement de jeunes au slogan « Ni patron ni patrie » qui s’en prennent aux forces de l’ordre et provoquent un climat délétère et des cassures dans la société.

Il apparaît urgent d’agir pour accéder à la sphère publique et avoir plus de visibilité. Nous voulons prendre contact avec d’autres organisations sans évidemment nous rallier, faire connaître notre expertise, mobiliser des forces pour l’accomplissement de notre but qui est de refonder des institutions démocratiques. Il est essentiel de résister au matraquage médiatique, de contribuer à un questionnement de fond dans un contexte de révolte, de dépolitisation et de perte de repères fondamentaux. Nous souhaitons qu’André Bellon se rapproche des instances du mouvement des Insoumis, qui compte avec une représentativité populaire considérable.

Discussion sur les communications écrites produites par le Cercle de Nantes et projet de synthèse

Bernadette présente dans sa contribution l’histoire de l’accueil des immigrés depuis 1977 ; les centres de rétention illustrent honteusement l’assimilation de l’étranger à la délinquance ; l’état doit appliquer les lois mais il applique les règles comme ça l’arrange, dans une dérive fasciste.

Denys présente les conditions de l’instauration de la Constitution de la Vème république dans l’urgence avec équipe resserrée autour de de Gaule et ceux qui allaient gouverner faisaient leur constitution ; ils ont joué sur la peur du coup d’état , se sont servis de cette peur pour organiser un vote à la va vite .

Jean-Claude propose que nos contributions alimentent des forums qu’il anime tous les jours ; on prévoit d’envoyer les écrits des uns et des autres.

Jorge pose la question des conditions historiques rendant possible une Constituante.
Cartes d’adhésion et point financier

Il reste 224 euros dans nos caisses ; cela permettra de financer le voyage de Loïc à Paris pour défendre la motion du groupe de Nantes, décidée à l’unanimité d’établir le contact avec La France insoumise. Le texte sera rédigé par Christian, Loïc et Sylvie pour le déposer à Paris, lors de la prochaine réunion du National.

Prochaine réunion du groupe de Nantes : 6 juin 2017


Commentaires

Logo de André Bellon
vendredi 2 juin 2017 à 15h19 - par  André Bellon

Cher(e)s ami(e)s,

Plusieurs fois, la question des relations de l’Association pour une Constituante avec la présidentielle, ses candidats et, en particulier Mélenchon, a été posée. Elle est revenue récemment dans le compte rendu de la réunion du cercle de Nantes. La présidentielle étant terminée, je voudrais donner une réponse immédiate, d’ailleurs pas très nouvelle, mais utile dans le moment que nous abordons.

Nous n’avons aucune hostilité, ni aucune amitié particulière, avec le parti de Jean-Luc Mélenchon, dénommé France insoumise. Certains de nos adhérents en sont d’ailleurs membres. Mais nous ne souhaitons pas, conformément à nos statuts, avoir de relation spécifique avec un parti, quel qu’il soit. Le fait que Mélenchon ait repris à son compte l’idée de Constituante -ou parfois de 6ème République- ne change rien à notre volonté d’indépendance vis-à-vis de la vie politique officielle. Plusieurs partis ou personnalités parlent d’institutions (Benoit Hamon, Montebourg, Nicolas Hulot, …) ; nous ne cherchons pas un lien spécifique avec eux ; en revanche, nous nouons des liens et des coordinations temporaires ou pas avec nombre d’associations de citoyens, ou avec des communes qui cherchent la dynamisation de la démocratie.

Un parti, par définition, est porteur d’un programme et d’une identité politique qui le situe sur l’échiquier politique sans qu’il soit le rassembleur du peuple. Nous pensons que la solution ne peut venir que de la reconstruction de la collectivité des citoyens, qu’ils soient de droite ou de gauche. Nous pensons en outre que la refondation démocratique doit s’effectuer au niveau le plus déconcentré, dans les communes et dans les quartiers, dans les associations civiques et c’est à ce travail que nous nous attelons par le biais des cercles locaux.

Le travail politique national n’est pas pour autant à nier et nous constatons les efforts faits par tel ou tel parti pour faire vivre des principes républicains et sociaux. Il s’agit d’un combat estimable, mais qui se situe sur un autre terrain.

Je reste prêt à en parler avec vous.

Très amicalement

André Bellon

À signer ! Présidentielle NON - Constituante OUI

PNG - 3.8 ko

Remplaçons en 2017 l’élection présidentielle par l’élection d’une assemblée constituante !


Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko