4 septembre 1870

vendredi 4 septembre 2009
par  J.M.

La naissance de la Troisième République, le 4 septembre 1870, coïncide avec la volonté des républicains de renverser le régime de Napoléon III, alors tombé aux mains de l’ennemi prussien. Le programme politique qui se nomme « programme de Belleville », aux dispositions duquel avait souscrit Gambetta à la veille des élections de 1869, illustre mieux que tout autre l’ambition réformatrice des républicains : séparation de l’Eglise et de l’Etat, instruction primaire laïque, gratuite et obligatoire, garantie des libertés. La Troisième République fut « la plus longue des Républiques », puisqu’elle a connu soixante dix ans d’existence et elle a, en effet, progressivement mis en œuvre ces réformes, dans des tensions permanentes.

Cela ne s’est pas fait naturellement, tant s’en faut. Car si la « Révolution du 4 septembre » est une révolution juridique et un symbole fort, il fallut presque 10 ans pour que le principe alors énoncé devienne institutionnel. Ces dix ans furent marqués par des conflits et même des massacres, en particulier par la répression sanglante de la Commune en 1871 par un gouvernement privilégiant l’ordre contre la justice, par la montée en puissance des monarchistes qui tentèrent de rétablir l’Ancien Régime, par la présidence du monarchiste Mac-Mahon, enfin par les lois constitutionnelles de 1875 qui définissaient ce que pourrait être pratiquement le régime politique. Les dernières tentatives monarchistes furent brisées par les élections législatives qui confirmèrent une majorité républicaine. La formule de Gambetta « Quand le peuple aura parlé, il faudra se soumettre ou se démettre » trouva alors sa traduction. Mac Mahon reconnaît que : « La Constitution de 1875 a fondé une République parlementaire en établissant mon irresponsabilité, tandis qu’elle a institue la responsabilité solidaire et individuelle des ministres ». En 1879, le Sénat élit une majorité républicaine, ce qui entraîne la démission de Mac Mahon et la reconnaissance de la prééminence du Parlement. Le régime républicain était enfin installé.

Depuis le 4 septembre 1870, l’école publique, le droit au travail, la liberté de la presse, des syndicats et des associations, la protection sociale, la laïcité, le suffrage universel ont été inscrits dans le marbre constitutionnel et, en dépit des attaques auxquels ils sont soumis, sont restés le socle de notre société. Les acteurs de ces réformes, aujourd’hui attaquées, furent des pionniers de la démocratie actuelle. Ils avaient confiance dans les facultés humaines, dans la démocratie représentative et dans le progrès de la raison.
C’est tout ce passé qui est aujourd’hui attaqué.


Commentaires

À signer ! Présidentielle NON - Constituante OUI

PNG - 3.8 ko

Remplaçons en 2017 l’élection présidentielle par l’élection d’une assemblée constituante !


Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko